fbpx

Pour satisfaire l’intérêt que portent les femmes à leurs poitrines, l’augmentation mammaire et le lifting mammaire, ne sont pas les seules options envisageables.
Des millions de femmes à travers le monde souhaitent, à l’opposé, réduire le volume de leurs poitrines.
La chirurgie envisagée sera donc la réduction mammaire.
Technique tout aussi bien rodée, puisque issue de la chirurgie mammaire.
Le problème des femmes avec un sein trop volumineux, pesant, disgracieux et responsable de douleurs dorsales, pointe avec la même acuité que le problème des seins trop petits, pas assez ronds et pas assez fermes.
Des études menées partout en Europe, relatives à la perception de la femme, de la taille idéale pour une poitrine, auprès des femmes aussi bien qu’auprès des hommes, prouvent que c’est la taille moyenne qui serait l’idéal.
Les seins trop lourds, asymétriques et encombrants, seraient une hantise pour certaines femmes ne supportant pas leur image.
En effet, à l’origine de cet état : une hypertrophie mammaire, se traduisant par un volume de seins trop important.
Les spécialistes désignent de ptôse mammaire les seins qui tombent.
Cette ptôse est responsable d’inconfort psychique et de douleurs dorsales.
La réduction mammaire en qualité de chirurgie esthétique exige la connaissance d’un certain nombre d’éléments, tous essentiels pour accepter pleinement de subir l’intervention.

 Il n’y a pas de contre-indications majeures

L’hypertrophie mammaire désigne un excès de volume des seins par rapport à la morphologie d’une femme.
L’intervention consiste en une réduction du tissu mammaire et de la peau en excès.
Tous les chirurgiens plasticiens affirment qu’il n’y a aucune interdiction à une réduction mammaire.

L’intervention est envisageable à tout âge

Une hypertrophie mammaire est tellement encombrante qu’il ne faut pas hésiter à intervenir déjà, dès l’adolescence, si le développement mammaire est stabilisé.

 La patiente peut décider de la taille de ses seins

Le chirurgien plasticien aide la patiente à choisir la bonne taille en tenant compte de certains critères tels que la morphologie et la structure thoracique.
Généralement, le souci est de satisfaire le souhait de la femme.

L’opération laisse des cicatrices

Certes, une réduction mammaire soulage fortement la femme souffrant d’hypertrophie mammaire, cette intervention va lui procurer un plus grand confort, plus de bien-être et un rapport entre silhouette et poitrine plus équilibré.
Mais il y’a des cicatrices:
– la cicatrice autour de l’aréole est inévitable.
– une autre cicatrice verticale allant de l’aréole au bas du sein.
– un segment horizontal placé dans le sillon mammaire. L’ensemble forme un  » T  » renversé.

Certaines cicatrices peuvent rester larges, rouges et inflammées.
Grâce à une bonne cicatrisation, elles deviennent fines, blanches et presque invisibles.
Selon la chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, le résultat final ne peut être jugé qu’à partir d’un an après l’intervention.

Modification de la sensibilité des seins

En cas de forte hypertrophie, il est possible d’observer une diminution de la sensibilité érogène du mamelon.
Ceci n’a pas d’incidence majeure.

L’anesthésie générale est nécessaire

L’intervention dure entre deux et quatre heures. Elle est essentiellement effectuée sous anesthésie générale.
Le chirurgien plasticien pose à la fin de l’intervention un bandage qui sera ensuite renforcé par un soutien gorge de contention qui sera porté jour et nuit .
Les pansements seront refaits régulièrement jusqu’à cicatrisation.
Les fils ne sont pas résorbables et sont retirés au bout de deux à trois semaines.

Nécessité d’un repos

En postopératoire, des œdèmes et des ecchymoses peuvent apparaître ainsi qu’une gêne pour lever le bras.
Ce sera temporaire.
Un repos complet est recommandé allant de huit à vingt-et-un jours.
Il faudra attendre deux mois pour reprendre une activité sportive.
Un arrêt de travail est donc nécessaire.

De rares complications

Il faut savoir que les complications postopératoires sont possibles :
– accident thrombo – embolique ( phlébite, embolie pulmonaire).
– hématomes
– retard de cicatrisation
– perte de sensibilité
– risque de nécrose
– désunion cicatricielle, notamment pour les femmes ne supportant pas les fils
Il est à préciser que le diabète et le tabac augmentent le risque de complications.
Il est conseillé d’arrêter de fumer plusieurs semaines avant l’intervention.

Garder un poids stable

Le chirurgien esthétique vous recommandera de parvenir à votre poids stable avant l’opération, car en cas d’amaigrissement, le sein peut diminuer.
Une grossesse ne peut être envisagée pendant un an.
La grossesse peut dégrader le résultat.
La femme peut cependant allaiter si les nombreux canaux conduisant le lait vers le mamelon, ne compromettent pas la lactation.

Techniquement, le chirurgien plasticien, grâce à l’anesthésie générale, peut sculpter le sein.
Il enlève la partie profonde de la glande, voisine du muscle pectoral.
La quantité de graisse aspirée varie selon l’âge.
Le suivi postopératoire obéit à certaines règles:
– changement de pansements six jours après l’opération
– contrôle de sécurité à la sixième semaine
– contrôle d’évaluation et de stabilisation après six mois

Les risques de saignements ont énormément diminués et ce ,grâce à des infiltrations d’adrénaline et de produits anesthésiants.
La technique a beaucoup évolué. Dans 99% des cas, le mamelon et l’aréole sont intacts.
L’allaitement n’est pas empêché.

Les statistiques montrent que 3,1% des chirurgies mammaires ont lieu dans l’hexagone.
L’augmentation de la poitrine est le premier motif avec plus de 55%.
La réduction mammaire représente 21% des demandes, précédant d’autres chirurgies comme le lifting et le retrait des prothèses.
En tant qu’intervention de chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice, la réduction mammaire est une intervention qui reste une revendication légitime pour des millions de femmes vivant mal une hypertrophie mammaire, avec tout ce qu’elle engendre de gênes psychologiques et de douleurs physiques.
Revendications d’autant plus légitimes que la femme a plein droit de remodeler sa poitrine, augmentant ainsi son bien-être et sa confiance en elle.
Toute la chirurgie mammaire est d’ailleurs destinée à sublimer le décolleté féminin, à la recherche de symétrie et de séduction.

Opération réduction mammaire

La réduction mammaire est une opération de chirurgie esthétique et mammaire. Elle vise à réduire le volume des seins trop lourds.

Réduction mammaire avant après

C’est la référence à la nécessaire comparaison des seins après l’intervention par rapport à la situation antérieure.

Diminution mammaire

On parle de diminution mammaire lorsqu’on opte pour une réduction mammaire.
L’objectif étant de diminuer le volume des seins jugés trop gros.
Selon la législation, les honoraires du chirurgien peuvent être remboursés partiellement par la sécurité sociale ou l’assurance maladie.
La majorité des cas tiennent en compte la quantité glandulaire enlevée ( plus de 300 grammes).

promo septembre
Obtenir un devis gratuit

Demande de devis


Télécharger un fichier (ex: dossier médical si besoin)


NOUS VOUS rappellerons

    Laissez un commentaire